Il aurait pu être acteur américain. Et si il a une gueule à enchaîner les soirées VIP et les défilés de mode à la vitesse d’une Formule 1, il n’est pas que ça. Lewis Hamilton a remporté au Mexique sa quatrième couronne mondiale. Un nouveau trophée qui l’installe encore plus dans l’histoire de son sport. Parlons d’un homme qui allie style et sa vie de pilote automobile.

PORTRAIT

Pour Niki Lauda, “Lewis est devenu le plus grand pilote de tous les temps”. Au niveau du palmarès, il n’est plus devancé QUE par Michael Schumacher et Manuel Fangio. Lewis Hamilton, c’est le talent pur, c’est l’enfant prodige de son sport, pas ce genre d’éternel espoir en attente de réussite. Le pilote britannique confirme dès ses débuts cette grande attente placée en lui. Pour sa première saison chez les professionnels en 2007, il échoue pour quelques secondes dans sa conquête du titre suprême. Retour en piste la saison suivante, où pour quelques secondes… il devient le plus jeune champion du monde de l’histoire de la F1.

Aujourd’hui, l’aura de Lewis Hamilton dépasse largement le cadre de son sport. “L’homme le plus stylé de tout le Royaume Uni” est aujourd’hui le 10ème sportif le mieux payé au monde (40 millions d’euros en 2016). Ce fan des imprimés exubérants et accessoires bling-bling passe la plupart de son temps libre dans son jet privé entre Ibiza, Los Angeles ou Monaco. Souvent aux côtés des plus grandes stars américaines. Avec son style propre et soigné, ce véritable “fashion pilote” fait régulièrement la couverture des magazine comme GQ, Esquire ou le Time…

DR LEWIS ET MR HAMILTON

Mais derrière ce côté extravagant, ce côté paillette, se cache un grand timide. C’est derrière ses modestes origines que Lewis tient peut être son manque d’assurance. Un Hamilton sûr de lui devant les caméras qui cacherait en réalité un besoin de reconnaissance. Un loup inoffensif qui se transforme en loup garou médiatique lorsqu’il y a un peu de lumière à prendre. Ces amis proches disent de lui qu’il a besoin de “se sentir aimé, se sentir en confiance” pour être performant. Ces anciens coéquipiers ne le considèrent pas en revanche comme le partenaire idéal. Il capte la lumière. Il ne vit que pour réussir, mais également pour rendre à ses parents tous les investissements effectués depuis son jeune âge.

Né à Stevenage à 50 km de Londres, le pilote britannique a vu son père travailler dur pour lui offrir le luxe de pouvoir piloter un karting. Au départ ce n’était qu’un “simple hobby”. Mais, il s’avère que le petit Lewis annonce déjà le potentiel d’un futur grand. Il remporte à 9 ans son premier championnat national. Convié à une prestigieuse cérémonie pour recevoir son prix, Lewis fait une rencontre qui bouleversera sa vie. Il interpelle ce soir là Ron Dennis, le dirigeant principal de l’écurie McLaren. “Je veux un jour courir pour votre équipe, piloter une McLaren et devenir champion de Formule 1”. Ron Dennis lui signe un autographe, lui donne ses coordonnées et lui propose de le rappeler plusieurs années plus tard, une fois son permis de conduire en main.

TOUT CE QUI BRILLE

La suite, vous la connaissez. Lewis Hamilton continue de gagner, remporte des titres en GP2 et devient en 2008 champion du monde au volant d’une McLaren. Tour après tour, course après course, sa fin de carrière le rapproche de la hiérarchie des légendes du sport auto. Si les voitures et les schémas de courses diffèrent selon les époques, on peut trouver des ressemblance entre certains pilotes. Lewis Hamilton est le James Hunt contemporain. Le grand blond s’exhibait avec le mannequin Suzy Miller quand l’actuel champion du monde s’affichait récemment avec la chanteuse Nicole Scherzinger des Pussycat Dolls. Un penchant commun pour le glamour, le pétillant et les belles femmes.

« Les gens pensent parfois que je mène la belle vie sans penser aux à-côtés, confiait-il dimanche à Mexico, décor de sa quatrième couronne mondiale. C’est un sacrifice énorme que je consens durant la saison.  Je repense parfois à ces moments où, enfant, j’avais le nez en sang après avoir été frappé à l’école. Je me suis toujours accroché, à l’époque. Et mon père a consenti à des sacrifices incroyables pour m’aider à devenir ce que je suis. Cela m’ inspire constamment pour faire les meilleures courses possibles et oublier les circonstances. »

Ce portrait de Lewis Hamilton prouve donc qu’il est possible d’accéder à ses rêves. Et c’est ce qu’il faut garder en tête, une dose de talent et du culot. L’audace de se mettre en avant à un instant T. Et même provoquer cette chance qui nous permettra de passer du rêve à la réalité. Lewis Hamilton est un homme libre, qui casse enfin les codes du sérieux sur les paddocks. “Ce n’est pas quelqu’un que l’on peut enfermer dans une cage. Il a besoin de cette liberté”. Le pilote britannique est un champion hors norme et pilote sa vie comme il l’entend.

En lui souhaitant un jour de décrocher un dernier contrat, chez Ferrari… l’écurie la plus bling-bling du paddock !

Fastandfuriousement votre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.